Accueil
Centre neurofit
Approche Neurofit
Network Spinal Analysis
Neurologie chiropratique
Kinésiologie appliquée
Médecine fonctionnelle
Education Wellness
Chiropratique traditionnelle
Ressources
BLOG
Agenda
UNIVERSITE WELLNESS
en cours d'élaboration DR. YANNICK PAULI
en cours d'élaboration GUERIR LE CERVEAU
en cours d'élaboration


Contact  |  Horaire/Accès  |  Plan du site  |  Informations légales  |  Fiabilité de l'information
Network Spinal Analysis / Articles du Dr. Epstein
retour sur le sommaire imprimer cet article envoyer cet article à un ami
De la maladie et du bien-être
Alors que je me préparais à donner une conférence à l'occasion de la sortie de mon nouveau livre "Mythes et Magie de la Guérison", un homme s'est approché de moi. Ce qu'il avait à me demander paraissait important. "Dr. Epstein, je ne vous connais pas du tout, mais j'ai été attiré par le titre de votre livre. Avec la situation dans laquelle je me trouve, j'ai vraiment besoin de Magie de guérison" me dit-il en me demandant quelques instants de mon temps. J'ai accepté et la conversation s'est engagée:
Peter: J'ai le cancer. Je l'ai déjà eu par le passé et j'ai été traité par une chirurgie et de la radiothérapie. Le cancer avait disparu. C'était il y a trois ans. J'étais bien jusqu'à présent, mais maintenant le cancer est de retour.

Donald: C'est horrible, je comprends votredétresse.

Peter: Ce qui me trouble le plus c'est que je ne sais pas ce que je dois faire. Mon oncologue me dit que je doit suivre de la radiothérapie et un traitement hormonal, deux traitements qui seront lourds à supporter et qui pourraient ne pas fonctionner. Il dit que si j'avais reçu de la chimiothérapie au lieu de radiothérapie lors de mon premier épisode, je ne serais peut-être pas où j'en suis aujourd'hui. D'un autre côté, le radiologue me dit qu'il n'existe pas vraiment de preuves scientifiques que le genre de cancer que j'ai ne réponde à la chimiothérapie. Pour couronner le tout, mon nutritionniste me dit que ces deux traitements ne vont qu'accélérer ma mort en détruisant mes ressources nutritionnelles et immunologiques. J'hésite, je ne sais pas quoi faire, et je n'ai pas vraiment le temps de prendre la mauvaise décision.

Donald: C'est difficile d'être pris dans un conflit d'opinions entre professionnels de la santé. Voyons si nous pouvons éclairer quelque peu la situation. D'abord, laissez-moi vous demander si vous pensez que c'est vraiment votre cancer qui vous rend malade? En d'autres termes, si vous n'aviez pas de cancer, seriez-vous en bonne santé?

Peter: Je ne comprends pas votre question

Donald: Si l'on définit la santé comme un état optimal de bien-être physique, émotionnel, mental, social et spirituel - et pas simplement comme l'absence de maladie - ma question est de savoir si - si nous arrivions à enlever le cancer - vous êtes au meilleur de vous-même au niveau physique, émotionnel, mental, social et spirituel?

Peter (en riant) : Bien sûr que non, mais qu'est-ce que cela a à voir avec mon cancer?

Donald: Vous a-t-on dit que votre cancer était terminal?

Peter: On m'a dit que sans traitement, il y aurait de grand risque que je meurs.

Donald: En fait, la mort n'est pas seulement la conséquence d'un manque de traitement. Le Journal de l'Association Américaine de Médecine a révélé que, l'année passée dans les hôpitaux, plus de 180'000 personnes sont mortes à cause d'erreurs médicales ou de réactions aux médicaments. Cela représente la 4ème cause de mortalité aux Etats-Unis. Les auteurs remarquent que ce sont des chiffres très conservateurs. Si l'on ajoute les visites en ambulatoire, les erreurs médicales et les réactions aux médicaments représentent la troisième cause de mortalité, après les maladies cardiaques et le cancer. En conclusion, la question d'un traitement n'est toute blanche ou toute noire. Si vous saviez que vous alliez mourir prochainement, que feriez-vous?

Peter: Je devrais arranger mes affaires.

Donald: Qu'est-ce que cela veut dire?

Peter: cela veut dire que je devrais terminer de nombreuses choses que je n'ai pas accomplies.

Donald: Et comment feriez-vous cela?

Peter: Je demanderais pardon aux gens que j'ai blessé et je dirais aux personnes que j'aime que je les aime. Je distribuerais mon argent aux membres de ma famille qui en ont besoin. Il y a beaucoup de chose encore que je devrais régler.

Donald: Dans quel but?

Peter: Pour que je puisse mourir en paix.

Donald: Hmmm ... Est-ce vraiment pour que vous puissiez mourir en paix ou est-ce afin que vous puissiez vivre en paix jusqu'à ce que vous mourriez? Souvenez-vous que vous êtes en vie jusqu'au moment où vous ne l'êtes plus. Afin de vivre en paix, vous devez améliorer votre wellness (bien-être) en dépit de la maladie qui vous affecte.

Peter: Êtes-vous en train de me suggérer que, indépendamment de ma décision de traiter ou non mon cancer, je dois mettre en place des stratégies qui me permettent d'être bien?

Donald: Oui. La plupart des gens utilisent souvent la maladie comme une excuse pour ne pas devoir aborder les choses essentielles de la vie. Ceci, comprenez-le bien, n'est pas intentionnel. On met la priorité sur la maladie elle-même, et non pas sur ce qui vous a fait perdre la santé. Connaissez-vous quelqu'un qui était toujours préoccupé par la mort et qui, finalement, a vécu plus longtemps que son époux ou épouse ou d'autres membres de la famille?

Peter: Oui.

Donald: Est-ce que votre certificat de naissance avait une date limite de validité?

Peter: Non, bien sûr que non.

Donald: Nous savons tous que nous allons mourir un jour ou l'autre et que personne ne sait quand cela se produira. Puisque le fait d'ajouter des années à votre vie peut vous tuer, je vous suggère d'ajouter de la vie à vos années. Savez-vous qu'elle est la différence entre la maladie et le mal-être?

Peter: Je ne suis pas sûr.

Donald: Une personne peut souffrir d'une maladie ou d'une pathologie, telle qu'une maladie cardiaque, une hernie discale ou un cancer et peut se sentir bien et ne jamais se rendre compte qu'elle est malade. Il existe aussi des gens qui se sentent mal mais n'ont pas de maladie, tous leurs examens étant normaux. Une maladie peut être quelque chose d'important dans la vie, elle peut vous forcer à prêter attention à des choses que vous n'aviez jamais considérées. Elle peut vous donner la permission de changer dans votre vie ce que vous n'avez jamais eu l'occasion de changer. Elle peut vous donner l'occasion de faire un inventaire de votre vie. Le plus la maladie est terminale, le plus rapidement vous devrez sortir de la "boîte" dans laquelle vous êtes enfermé et qui empêche la personne que vous êtes vraiment de sortir. La plupart des gens qui guérissent d'une maladie grave n'ont souvent pas seulement fait des changements radicaux, ils ont également changer leur manière de voir les choses et leurs attentes. Leur relation à eux-même et aux autres change également. Ils doivent souvent ré-évaluer ce qui est essentiel et ce qui est une perte de temps.

Peter: Je comprends pas la différence entre mal-être et bien-être. Comment puis-je avoir un cancer et tout de même me sentir bien?

Donald: Les sentiments affectent notre santé. Par exemple, plusieurs études ont montré que le stress financier et la satisfaction au travail sont des meilleurs prédicteurs de douleurs vertébrales et d'invalidité que ce que l'on voit sur des radiographies ou sur une résonance magnétique. Très souvent, les symptômes liés à l'asthme, à l'angine de poitrine ou d'autres maladies sont plus la réflexion de l'état interne de l'individu que des anormalités révélées par les examens cliniques ou de laboratoires. Une étude très intéressante a montré que les personnes souffrant d'hypertension qui prenaient des médicaments anti-hypertenseurs avaient une qualité de vie inférieure aux personnes souffrant d'hypertension mais ne prenant pas de médicaments. Dans une autre étude, des courtiers en bourse souffrant d'hypertension ont été séparés en deux groupes. Un recevant un médicament, l'autre un animal de compagnie. Ceux qui avaient reçu l'animal avaient une diminution de pression équivalente à ceux prenant le médicament, mais une qualité de vie supérieure.

Le mal-être est l'absence de bien-être (wellness). Le bien-être est un état dans lequel vous vous sentez relativement invincible, où rien ne peut perturber votre journée, où vous vous sentez vivant, confiant et plein de vitalité. Lorsque vous êtes en état de bien-être, les circonstances externes n'affectent pas votre état intérieur.

A l'opposé, le mal-être est un état de préoccupation avec votre mortalité et votre santé. C'est un état dans lequel vous vous sentez limité, sous pression et préoccupé. Vous vous sentez comme si quelque chose "ne va pas".

Une personne peut avoir été diagnostiquée comme ayant une maladie cardiovasculaire avancée et ne pas se sentir mal. Il en est de même avec le cancer ou toute autre maladie. Bien que dans certains cas un lieu puisse exister, la maladie ne détermine pas si la personne est en mal-être, et le traitement de la maladie ne redonne pratiquement jamais du bien-être. En général, le plus l'on traite la maladie (et pas la personne), le moins bien la personne va se sentir.

Le fait de se sentir mortel, limité ou que quelque chose ne va pas n'est pas dû à la maladie, mais bien au manque de bien-être. Peter, vous souffrez actuellement d'un manque de bien-être, en même temps que l'on vous a diagnostiqué un cancer. Souvent lorsque l'on ne se sent pas bien, l'on cherche une maladie qui pourrait expliquer ce sentiment de mal-être. Bien que le traitement de la maladie puisse parfois vous sauver la vie, il ne redonne jamais le bien-être. A l'opposé, l'amélioration du bien-être, la capacité à prendre des décisions plus saines et à mieux s'adapter au stress affectent tous l'état de la maladie. La plupart des maladies sont dues au style de vie et à des facteurs environnementaux ou à des mauvaises habitudes qui, au cours des années, taxent votre organisme. Ne vous paraît-il pas logique que si nous changions les schémas destructeurs et néfastes de votre vie, votre santé pourrait s'améliorer? Le traitement de la maladie ne doit pas vous empêcher de faire ce qui doit être fait pour améliorer votre bien-être.

Peter: Si je comprends bien, si je profite plus de la vie, que je me pardonne à moi-même et aux autres, que je prends de meilleures décisions, que je gère mieux mon stress, je peux être mieux? Ce sont beaucoup de changements à la fois. Il me paraît presque plus simple de juste traiter le cancer. Est-ce que votre approche Network pourrait m'aider à changer mon état intérieur et améliorer mon wellness?

Donald: Oui! Le Network Spinal Analysis aide votre corps à retrouver son intégralité et à guérir. Il permet de promouvoir des choix plus sains, l'appréciation de la vie et de nouvelles stratégies pour mieux vivre.

Peter: Merci Dr. Epstein, j'ai maintenant compris que, indépendamment de ce que je décide de faire au niveau du traitement de mon cancer, je dois néanmoins aussi maximiser ma guérison afin que je puisse vivre pleinement et en paix pour le reste de ma vie.



  • Autres rubriques

  • Autres articles


©2006 Neurofit SA
DidWeDo*, solution DwD-3.0
 
Dr. Yannick Pauli, Chiropraticien  |  Av. Vinet 19, 1004 Lausanne  |  tél: 021 646 52 38 - info@neurofit.ch